Coupe de France, 32e de finale

Publié le par footbook

http://www.leprogres.fr/fr/images/FD448012-A2D4-4B5F-B939-CA581FF88287/LPR_03/photo-stephane-guiochon.jpg

Joie pour les uns, tristesse pour les autres. Champagne pour les uns, mousseux pour les autres. Double prime pour les uns, retour à un taf d'employé de commune pour les autres. Mélange de niveau et d'émotions, le charme de la Coupe de France agit encore, quatre-vingt quinze ans après sa création. Le charme agit toujours sur les spectateurs mais beaucoup moins sur les chaînes de télévision françaises qui préfèrent diffuser des 'affiches' de Coupe d'Angleterre. En guise de reconnaissance pour cette magnifique compétition invisible sur le Paf ( à moins de supporter Laurent Luyat ou Patrick Montel ), Wtfru/Footbook vous propose un résumé rempli de surprises, de suspense et de buts.




C'est pas la petite bête qui va manger la grosse. Mais en fait si.

Comme chaque année, des petits clubs, de divisions méconnues, créent l'exploit et réussissent à éliminer des clubs de l'élite. Cette année n'est pas une exception, à notre plus grand plaisir. La première surprise est venu de la ville de la porcelaine, Limoges, qui s'est imposé 1 à 0 contre Boulogne sur Mer. Ou quand une ville pourrie l'emporte contre une ville de pédophiles. Vézine est l'unique buteur, mais ça tout le monde s'en fout.
La deuxième surprise du samedi est venue des chamois. Alors je vois déjà les mouflons débarquer et crier à la discrimination mais je les rassure il s'agit bien sûr des chamois niortais, vainqueurs 2-0 contre les bretons de Brest. Et, comme un symbole d'un week end d'épiphanie, ce sont deux galettes de Roye qui permettent à Niort de se qualifier. Pendant ce temps là, dans les locaux de La Mère Poulard, les petits Sablé/Sarthe sont venus à bout des sedanais chers à Patrick Montel aux tirs au but. Après six buts dans le temps réglementaire, sarthois et ardennais se sont départagés 4 à 2 lors de la séance ultime couramment surnommée « la loterie » par Xavier Gravelaine. Les tirs au but ont aussi vu l'A.S.Valence triompher contre les tangos de Laval, sur un score de 7-6 et Orléans s'imposer 5-3 contre Clermont Foot.
Laval et Clermont éliminés par plus faibles qu'eux, ce sont Le Havre et Bastia qui se sont vengés en sortant respectivement Lorient et Sochaux. Dans un stade Jules Deschaseaux en fin de vie, les joueurs de la ville la plus moche de France (à égalité avec Vitrolles) ont puni les lorientais 4 buts à 3 après prolongations grâce à des buts de Genton et Fanchone, anciens joueurs de... Lorient. Avec son doublé James Fanchone a marqué autant de buts en un match qu'en deux saisons au F.C.L. Qui a dit que les joueurs ne sont pas revanchards lorsqu'ils jouent contre leur ancien club ?
Dans un stade Armand-Cesari en totale ébullition, Bastia n'a pas fait de cadeaux à des sochaliens en méforme depuis deux mois. Choplin, Khazri et Suarez, auteur d'un doublé, ont été les bourreaux du F.C.S.M. Le S.C.Bastia, très à l'aise en ce moment, sera l'une des équipes à éviter au second tour.
La logique n'a pas été respectée sur un autre terrain ce samedi, c'est le Stade Malherbe de Caen qui a perdu à domicile face à Troyes, après prolongations. Alors que Troyes s'était mis au chaud très rapidement en menant 2 à 0, ils ont vu les caennais revenir au score en deuxième période grâce en particulier au prometteur Fayçal Fajr. La prolongation a donc été décisive et Troyes s'est qualifié grâce à Marcos. Marcos Dos Santos pas Angel Marcos. Et grâce à Grax, oui Sébastien Grax, il joue encore au foot.
Dimanche après-midi, Le G.F.C.O Ajaccio recevait les hommes d'Alain Casanova dans leur stade Ange Casanova, et c'est le petit Collorédo qui a inscrit le seul but de la rencontre à la 47ème minute. Grâce à cette victoire surprise, la Corse aura trois représentants en seizième de finale. Du jamais-vu, mais cela est une preuve de plus du renouveau que connaît le football insulaire.



C'est Goliath qui gagne contre David alors que dans la Bible c'est le contraire.

Comme chaque année, les gros clubs de Ligue 1 rencontrent des petits clubs et les renvoient avec cinq ou six buts dans la musette. Et c'est aussi cela le charme de la Coupe de France.
Ainsi, dès vendredi soir, Valenciennes, en déplacement à la MMArena, a réussi à s'imposer contre Le Mans 2 buts à 0. Ou quand une ville de consanguins l'emporte contre une ville de rillette.
Dans la foulée, le samedi après-midi, Dijon ne s'est pas fait surprendre par Versailles comme il y a deux ans. Les hommes de Carteron ont su se mettre à l'abri juste avant la mi-temps en marquant deux buts. A la fin du temps réglementaire le score est sans appel, 1-5. Ou quand une ville de château perd contre la ville de la moutarde. Impossible is nothing.
Pendant ce temps-là, la ville de Christian Estrosi, j'ai nommé Nice, s'est imposé tranquillement contre Marck. Pas Marc-Vivien Foé, ni Marc de Notre Belle Famille, mais bien Marck Association Sportive. Drôle de nom de famille. Monzon et Gonçalves sont les buteurs pour une victoire 0-2.
Tours et Chateauroux, de leurs côtés, n'ont pas été à la fête face à Vitré et Cherbourg mais la qualification est à la clé sur la plus petite des marges. Ils l'ont effectivement emporté sur le score identique de 1-2. Dommage pour Vitré et Cherbourg. En fait non, on s'en fout. Un autre club de Ligue 2 s'est illustré mais avec plus de succès puisque l'A.C.Ajaccio (quoi ils ne sont pas encore en Ligue 2?) a planté trois buts à Fréjus par l'intermédiaire de Diawara, Kinkela et El Hany. Prions tous ensemble pour qu'il n'y ait pas de derby Bastia-Ajaccio en seizième...
D'autre part, Lille ne s'est pas fait mousser à Chantilly et à ainsi remporter un set blanc. 6-0, tel est le score. Chose improbable, l'U.S.Chantilly a réussi à relancer Ireneusz Jelen. Juste pour cela, Rudi Garcia peut les remercier. En parlant de remerciement, Steeve Marlet peut remercier son club de Red Star de l'avoir fait jouer au Stade de France pour la dernière fois de sa vie. Il y a mieux comme jubilé puisque le club de Saint-Ouen s'est fait dépuceler 0-5 par un OM maladroit en première mi-temps mais qui a su faire la différence lors de la deuxième. Si la défense verte a bien évolué en bloc au début, les marseillais ont su trouver la faille par Jordan Ayew (X2), Valbuena, André Ayew et Cheyrou. Certes le score est un peu sévère pour les franciliens mais Marseille n'a pas démérité en jouant le jeu du début à la fin et en marquant deux jolis buts. Marseille cinq étoiles. Parions que ces marseillais reviendront jouer au Stade De France cette année. Cette fois-ci, ce sera en finale, et contre le PSG.
Parlons maintenant d'un autre prétendant à l'Europe, Rennes, qui a disposé assez facilement d'un club de Ligue 2, l'A.S.Nancy-Lorraine (quoi ? Nancy n'est pas en Ligue 2?) sur le score de 3 à 0. Tout était plié à la mi-temps pour les rennais qui ont marqué par Kembo, Féret et Boukari. Pour Nancy, la descente aux enfers continue.
Du côté de Thiers, c'est Istres qui s'est imposé. Dans une rencontre à couteaux tirés, Nassim Akrour s'est illustré en inscrivant un triplé. Thiers, équipe de second couteau, s'en va donc des lames plein les yeux... Akrour n'est pas le seul, car Lisandro aussi a marqué à trois reprises dans le derby opposant l'OL à Lyon Duchère. Résultat final 3-1 et aucuns soucis pour Lyon. Ce qui n'est pas le cas du Paris Saint Germain, difficile vainqueur du club breton de Locminé. Diego Lugano a douché les espoirs des amateurs sur un coup de tête à la 93ème minute. Encore bougé par les attaquants adverses, l'uruguayen permet à son nouveau coach de démarrer sur une défaite qui aurait fait tâche. Cependant rendons hommage à Maiga, Le Guennec ( ah un roux ! ) et Flégéo pour leur match très courageux. Courageux, les savoyards d'Evian-Thonon-Gaillard l'ont été. Mené 2-0 à la 101ème minute, l'ETG a recollé au score à la...120ème minute grâce à Sagbo, pour finalement gagner 3-5 aux tirs au but. Cruel pour les messins. Cruel aussi pour Pric-les-Mézières qui affrontait le deuxième de Ligue 1, Montpellier. Le sort des amateurs était malheureusement scellé dès la première mi-temps puisque les héraultais menaient 0-2 grâce à un doublé de Cabella. Les espoirs se sont totalement écroulés pour les verts lorsqu'Estrada et Giroud ont inscrit les troisième et quatrième buts de leur équipe. Un match tranquille, professionnel et respectueux de la part des hommes de René Girard. L'aventure continue.





Les matchs dont on se fout mais qui ont quand même eu lieu, sans notre autorisation.

Quevilly, surprise d'il y a deux ans, a infligé une véritable rouste à Rennes Tour d'Auvergne qui comme son nom l'indique se trouve en Bretagne. En effet, les hauts-normands l'ont emporté 5-4 aux tirs au but. Vivement que Quevilly retrouve des clubs de Ligue 1.
Sinon, il y avait l'affiche opposant Bourg-Péronnas à Montceau Les Mines, les visiteurs, pourtant habitués aux joutes de la Coupe de France ont été défait 2-1 après prolongations. Tout comme l'U.S Montagnarde qui a perdu à l'extérieur contre Compiègne, avec le même scénario.  Luçon-Avranches s'est terminé sur le même score, sans qu'il n'y ait eu besoin de prolongations. C'est aussi cela le charme de la Coupe.
A Drancy, la Jeanne D'Arc a envoyé Strasbourg au bûcher après l'épreuve fatidique des pénaltys. Alors que Strasbourg a mené à deux reprises, Ghili (pas Gérard attention) a égalisé pour son club à la 92ème minute. Epique. L'aventure tourne à la catastrophe pour les strasbourgeois qui n'auront donc plus qu'à jouer l'accession en CFA. Car oui, Strasbourg est en CFA2.
Enfin, dans la catégorie des duels entre équipes amateurs, Créteil a logiquement gagné à Mulhouse 3-1 grâce notamment à un but de l'ancien Jean-Michel Lesage.
Sinon, samedi soir, il y avait un Saint-Etienne-Bordeaux tout pourri commenté par un Gravelaine tout pourri. Jussiê est sorti de sa torpeur et a permis à son club de tenir le 1-0 du moins jusqu'à l'égalisation de Guilavogui à l'ultime seconde. Le supplice dura jusqu'aux tirs au but où l'on vît les girondins s'imposer suite à une parade de Carrasso et un tir décisif d'Henrique le boucher.



Le tirage au sort des 16èmes de finale fait par Amélie Mauresmo et sa compagne. Quoi ce n'était pas sa compagne ? C'était Gaetane Thiney ? Une footballeuse ? Mais les footballeuses ne sont-elles pas toutes homosexuelles ?

Valence – Evian Thonon Gaillard
Dijon – Istres
Marseille – Le Havre
Limoges Foot 87 – Drancy Jeanne d’Arc
Sablé-sur-Sarthe – PSG
Nice – Rennes
Niort – Orléans
Valenciennes – Bastia
Auxerre – Châteauroux
Luçon – Lyon
Gazélec Ajaccio – Troyes
Bourg-Péronnas – AC Ajaccio
Compiègne – Lille
Créteil Lusitanos – Bordeaux
Tours – Montpellier
Quevilly –Angers ou Monaco

On remarquera que le tirage au sort est plutôt favorable pour les clubs de Ligue 1, le PSG, Marseille, Lille et Lyon rencontrant des clubs de CFA2, Ligue 2 et CFA. Peu importe les affiches, on sait que ce prochain tour, programmé les 21 et 22 janvier nous apportera son lot de suspense et de surprise. Vivement les seizièmes.


LOIC

Publié dans Ligue 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Il est un plaisir à lire cet ancien article.<br /> Je pense que vous pouvez continuer à partager les derniers événements en France!
Répondre
S
<br /> Toujours un plaisir pour moi de découvrir ces clubs amateurs venir donner des leçons à des professionnels... dommage pour Locminé qui a fait un match exemplaire ils auraient montré que ce n'est<br /> pas que l'argent qui suffit dans le football...<br />
Répondre