On s'est déplacé à Clermont-Reims

Publié le par footbook

http://www.sport24.com/var/plain_site/storage/images/football/ligue-2/actualites/le-patron-c-est-clermont-!-518682/12122614-6-fre-FR/Le-patron-c-est-Clermont_full_diapos_large.jpg

Hier, Clermont recevait Reims au Montpied pour le choc de la 15e journée de Ligue 2 entre les coleaders inattendus de ce début de championnat. L'occasion était trop belle d'aller se frotter au bonheur du froid d'un lundi soir au stade.

On attendait pas ces deux équipes à pareille fête. Alors que la Ligue 2 n'a sans doute jamais été aussi relevée avec des équipes mythiques comme Nantes, Lens, Le Havre ou Monaco, ce sont deux des plus petits budgets qui font la loi jusque là. Qui aurait cru qu'au soir de la 15e journée, l'affiche d'Eurosport serait ce Clermont-Reims ? Sûrement pas Jean-Luc Arribart, commentateur vedette de la chaîne depuis 1432.
Mais le public, lui, veut y croire. Et s'est déplacé en masse pour assister à cette rencontre. Plus de 6000 billets vendus dès samedi  soit plus que la meilleure affluence de la saison. Mais chez Footbook, on est pas vraiment prévoyant. Alors on se ramène au stade, la fleur au fusil, espérant que tout ne soit pas déjà vendu. Chance, il reste des places. Derrière le but, avec les chiens de la casse orné de maillots de Chaussidière ou Grougi. On vous promet que, bientôt, on entrera dans les stades sur invit'!

A peine trois minutes de manqué, juste ce qu'il faut aux deux équipes pour s'évaluer. Après dix minutes plutôt molles, Clermont décide de passer la seconde et prend les choses en main. Et pour ce genre de choses, on peut compter sur la percussion d'Alessandrini, certainement le meilleur joueur du championnat depuis le début de saison. Le marseillais a un cu deux fois plus gros que Nasri mais court deux fois plus vite. Etre cambré permettrait-il de courir plus vite ? Une question pour Jamy et Fred. Les récupérateurs auvergnats font un gros travail, notamment Ekobo, tout simplement imprenable. Reims ne sort plus de son camp avec le ballon et laisse de plus en plus la possibilité aux clermontois de s'approcher des cages. Il faudra deux, trois tentatives juste à côté pour que le public montre un peu sa voix. Et pour que la situation devienne plus chaude. Agassa veille au grain et doit se méfier des déboulés de Moullec ou de Fomen, excellent durant la première période. Clermont doit absolument marquer pour confirmer son emprise sur ce match. Et sur un énième coup de pied arrêté très bien frappé, les rouges et bleus seront récompensés grâce à un but contre son camp de Fontaine, futur ennemi du public. Ce dernier explosant d'ailleurs sur le but où on se serait presque cru dans un vrai stade de foot à voir les "Kop" grimper aux grillages. Mignon.
La tactique de Der Zakarian d'effectuer un pressing haut aura grandement payé sur cette première demie-heure. Tout en contrôle, Clermont atteint la mi-temps avec une avance méritée. Reims n'a pas vu le jour durant ces quarante-cinq premières minutes. Raymond Kopa et Just Fontaine sont notamment fantômatiques.

On commence à cailler sévère au pays des volcans, et la deuxième période ne donnera pas l'occasion de se réchauffer grandement. Reims sort enfin du bois et Clermont recule de quinze mètres. La paire de récupérateur Sylla-Ekobo continue d'impressionner tandis que le jeu dos au but de Rivière permet à toute l'équipe de remonter. Les "supporters" tombent petit à petit en léthargie et il faut que Chel-mi les exhorte à crier pour que l'ambiance reprenne un peu. Mais le stress reprend vite le dessus. Même si Reims peine à approcher des cages de Farnolle, Clermont n'est jamais vraiment à l'abri.  Salze, capitaine d'un soir, se montre impérial derrière. La seule vraie occasion donnée au public de s'exciter c'est sur la plus spectaculaire que véritablement dangereuse faute de Fontaine sur Dembélé. Sale soirée pour le latéral rémois. A noter le plutôt bon arbitrage de Enjimi, plus habitué à arpenter les terrains de L1, mais auteur d'une partie très correcte. Les attaquants auvernnats n'ont plus grand chose à donner, Alessandrini se fait remplacer par un joueur tout naze (Namli ou un truc du genre) et l'équipe n'évolue plus qu'en contre. En face, on fait rentrer Cédric Fauré qui a droit à une belle bronca. Fauré vs Rivière, c'est le duel des tauliers de la seconde division. Des mecs qui ont trainé leurs crampons sur les terrains de Wasquehal, Louhans-Cuiseaux et autres St Brieuc. La France profonde. Clermont maitrise sa fin de partie et évolue en contre. On est plus proche du 2-0 que de l'égalisation. Saïd se plait sur la pelouse du Montpied et ses 10.000 spectateurs et se fait prier pour siffler la fin de la partie.

En patron, Clermont aura réussi à s'imposer et prendre trois points d'avance sur son adversaire du soir. Cinq sur le quatrième. L'objectif est donc désormais de consolider cette avance pour se prendre au rêve de la montée. Et pour ça, il faudra peut être revoir deux, trois trucs. Comme savoir communier avec le public par exemple.

Aleks 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article